14 décembre 2007

Deux nouvelles méthodes pour mesurer l'émotion (et l'efficacité) au plus près

Alors que les émotions conduisent toutes les décisions, notamment les actes d'achat, leur mesure est souvent biaisée, parce que la raison s'en mêle. Deux instituts ont présenté au Congrès Esomar qui s'est tenu en septembre à Berlin, deux méthodes qui pourraient changer la donne .

- La mesure par les yeux :
Parce que les yeux sont le miroir de l'âme, iMotion a constaté qu'ils sont d'excellents indicateurs des changements chimiques qui interviennent dans le cerveau, s'exprimant notamment dans la dilatation de la pupille, les clignements ou les mouvements du regard. Cette méthode a été utilisée par Bang & Olufsen, pour booster la valeur émotionnelle de ses communications. La problématique de B&O était que les consommateurs ne voyaient dans ses produits que du design, et peu de substance derrière. De plus, son marketing était très rationnel, et devait déclencher plus d'émotions. Aux USA, 7 publicités print ont été testées sur 269 personnes gagnant plus de 100 000$, pour identifier les plus porteuses d'émotion, et guider les stratégies de création de la firme.

- La mesure par les 7 visages :
Cette méthode, développée par BrainJuicer, n'utilise pas les yeux mais les visages, en faisant choisir aux consommateurs parmi 7 visages différents celui qui reflète le mieux leurs sentiments vis à vis d'une publicité. Ces visages ont été dessinés à partir du travail du psychologue Paul Ekman, qui a identifié sept émotions exprimées par le visage qui sont universelles : le bonheur, la peur, le dégoût, la surprise, le mépris, la tristesse, et la colère. Cette méthode a été appliquée sur des publicités primées en GB, vs des publicités non primées : elles ont une meilleure tendance à générer de l'émotion, et notamment du bonheur. Elle a également été utilisée par Philips pour le positionnement de "Sense and Simplicity", non pas sur les publicités mais sur les produits, pour valider que la simplicité était ce que les gens recherchaient sur les produits high-tech. Conclusion : une forte corrélation entre bonheur et simplicité.

Source : La Newsletter d'Express Roularta Services

03 octobre 2007

la video de "les aperos du jeudi" : la soirée bubblegum par connexion prod (interview de jeremy dumont directeur de pourquoitucours)

02 octobre 2007

De la stratégie - Après midi animée par Jérémy Dumont, président de pourquoitucours

Aprés midi du 28 novemre 2007.

Gadl_5

14.00- 14.45
On parle tous football : La campagne de communication 360 de Coca cola
Grand Prix des Stratégies Média 2007
⇒ Michel Gotlib, Directeur Commercial et Marketing,  COCA COLA  SERVICE FRANCE
⇒ Michel Teuliere : directeur général, CARAT FRANCE

 


14.45- 15.30
Le cas MONOPRIX  avec DRAFT FCB

15.45 - 16.45:
Table ronde
Entreprise, Marque, produit : de la communication 360° à la communication en 3 Dimensions
-    Ou en est-on de la communication cross média, multicanale, transversale, intégrée, 360, globale : réalité ou jargon d’agence ?
-    Les annonceurs et les agences sont –elle aujourd’hui organiser efficacement pour la communication globale ?
-    Marketing direct, Internet, pub : Quel est le bon mix d’expression et arbitrer ses investissements ??
-    Internet : pivot des stratégies 360 ?
-    Vers une communication 3D ou comment maximiser les points de contacts avec tous les stakeholders de l’entreprise : actionnaires, salariés, consommateurs, distributeurs…

Table ronde animée par Jérémy Dumont président de  pourquoitucours

⇒ François Banon, VP communication Europe, DISNEYLAND
⇒Jacques Olivier Broner, Président, agence ROUGE
⇒ Reza Ghaem-Maghami, Directeur Général, PROXIMITY BBDO
⇒ Damon Crespin SEVEN - FULLSIX
⇒ Elisabeth Exertier, directrice associée, SITE MARKETING
⇒Corinne Lévy-Melot, responsable communication et publicité NOKIA FRANCE
⇒Simon Bachelet, Planneur Stratégique, MEDIACOM

Gadl_11

16.45- 17.15:
ROI : Analyser vos campagnes pour mieux arbitrer vos investissements
-    Actions RP, communication événementielle : comment mesurer les retombées médiatiques de vos actions
-    Quels sont les outils à disposition pour évaluer les retombées d’une campagne multicanal
⇒ OCCURRENCE

Communication 360°

Le Site Marketing a été consulté, en tant qu'observateur expert du Hors Media, pour organiser un Séminaire d'un jour sur la communication à 360° pour le compte d'un groupe de communication. Le Site Marketing s'est attaché les services du

Collectif de Planeurs Stratégiques Pourquoitucours, en la personne de son directeur Jérémy Dumont, pour mener à bien cette mission   Nous contacter  

Marketing : comment les PME peuvent-elles tirer parti des nouveaux enjeux liés au développement durable et aux TIC ?

30 octobre 2007 - de 8 h 30 à 11 h 00
CCIP - 2 place de la Bourse, 75002 PARIS

Dans une PME, la structuration du marketing répond à des particularités et à des enjeux spécifiques par rapport aux grands groupes. Pourtant, les évolutions profondes qui bouleversent la demande des consommateurs et des marchés touchent toutes les entreprises quelle que soient leur taille.
Les deux principaux facteurs qui modifient en profondeur la demande sont l’exigence croissante de développement durable et les nouvelles méthodes pour toucher les clients apparues avec les technologies de l’information et de la communication.
Or, sur un facteur comme sur l’autre, la taille des PME, plus souples, plus réactives et plus relationnelles, est un avantage considérable pour trouver les bonnes réponses marketing, et ce, dans la plupart des secteurs d’activités.

PROGRAMME : 8h30 - 11h00

Les questions suivantes seront abordées au cours de cet atelier :

- Quelles sont les enjeux et spécificités du marketing pour les PME ?
- Dans quelle mesure les outils utilisés par les grands groupes sont-ils duplicables ? Présentation d’une étude menée par Lamtar et Harold auprès de 700 PME avec le concours de l’Usine Nouvelle,
- Quels sont les enjeux liés au développement durable sur le marketing des PME ?
- Quels sont les nouveaux outils liés à l’explosion des technologies de l’information et de la communication ?
- Quels niveaux de coûts et de retombées ?

Intervenants :

- Madame Catherine Ronge, O2 France
- Monsieur Philippe Boutié, Lamtar, et Monsieur Jacques-Yves Lefort, Harold
- Monsieur Jeremy Dumont, Pourquoitucours
- Une PME témoignera de sa démarche de redéfinition de politique marketing

 

Date de la session 30-10-2007
Durée de la session 2 h 30
Lieu de la session CCIP - 2 place de la Bourse, 75002 PARIS

Chambre de commerce et d'industrie de paris

22 septembre 2007

proposez des thémes d'innovation dans le marketing, la communication, les médias, la création : courtscircuits le cercle d'innovation dans le marketing, la communication, les médias, la création (www. courts circuits .fr)



Tu peux encore choisir les thémes que le cercle d'innovation dans le marketing, la communication, les médias, la création présentera lors de
lesaperosdujeudi 2007/2008 : courtscircuits   


Les 100 membres de courtscircuits restent pour l'instant secrets.

Fais tes propositions en faisant des commentaires sur les notes "agenda".

S'incrire pour la première soirée de la rentrée :
c'est là

Photographe :

05 septembre 2007

decide du programme de lesaperosdujeudi (www. les aperos du jeudi .com) avec courtscircuits (cercle d'innovation dans le marketing, la communication, les médias, la création) : www. courtscircuits .fr


Un cercle d'innovation qui regroupe une centaine de membres dans le marketing, la communication, les médias, la création traitera une série de thémes clefs lors de
lesaperosdujeudi : courtscircuits (voir blog)   

Le résultat de leur travail sera présenté en début de soirée pour faire avancer la réflexion et la création...
Le reste de la soirée sera dédié aux rencontres "plus directes" avec l'aide d'une équipe de connecteurs.

Tu peux décider du programme avant le 14 septembre : va sur le blog et laisse un message sur la première note.

lesaperosdujeudi auront lieu les derniers jeudi du mois.
Le prochain lesaperosdujeudi aura lieu le jeudi 27 septembre. Le théme qui sera traité en début de soirée sera :
"l'accomplissement de soi". Lieu à trouver.

Voir la liste des dernieres personnes inscrites : ici

Merci


Jeremy dumont
directeur de pourquoitucours


Photographe : rip hopkins

24 juillet 2007

pourquoitucours (www. pourquoi tu cours . fr, agence de planning stratégique) s'ouvre...un cercle d'innovation dans le marketing, la communication, les médias, la création va traiter 10 thèmes de prospective : courts circuits (www.courstcircuits.fr)

 

                     

courtscircuits est le premier cercle d'innovation transversale dans le marketing, la communication,
les médias et la création. Il regroupe une centaine de professionnels qui mettent en commun leur temps
et leur énergie pour faire avancer la réflexion sur des thématiques clefs. Le résultat de leur
travail est rendu public, en particulier lors de lesaperosdujeudi.
C'est une des initiatives de pourquoitucours qui a lancé l'agence des idées (pourquoitucours), les blogs
participatifs (www.levidepoches.fr), et les rencontres interprofessionnelles (lesaperosdujeudi)...l'année dernière.

Le lundi 2 juillet de 10h à 12h30 à l'échangeur courts circuits s'est réuni pour
décider du programme de la rentrée.

Nous avons abordé ensemble les thèmes de prospective que nous pourrions traiter de
septembre à juin 2008 (nous devons en définir 10 au final) :
- L'accomplissement de soi : à la recherche de "sa vie"
- La mobilité : "nouveaux services on the move"
- La chose publique : " donner et partager...utopie, phantasme ou réalité ?
- Les créatifs : "qui sont les talents de demain" ?
- Identités plurielles : "schizophrénie, marketing & technologies" !
- Les métiers de demain : "les profils émergents"
- Le Facteur temps : "la quatrième dimension créative"
- L'immatériel : "l'économie et la valeur de l'humain"
- La révolution des médias : "media is message"
- La création et le marketing : "le marché comme source d'inspiration créative"

Et des "rêgles du jeu"...

C'est un cercle de professionnels semi participatif :
- un mail sera envoyé tous les mois pour partager les résultats et annoncer le prochain thème afin
que vous puissiez suivre et participer.
- il est possible de proposer des thèmes (avant le 15 septembre, date de cloture de l'agenda de l'année)
- chaque théme est géré par un leader qui sélectionne son "équipe", énonce les objectifs et organise les
réunions d'échange et de travail (ceux qui voudront les rejoindre auront les coordonnées des leaders
dans l'agenda)
- autant que possible des entreprises seront associés à la réflexion pour rester concret et opérationnel
- nous ferons toujours n point sur l'état de la connaissance sur le sujet, nous échangerons avec des experts
pour traiter les points de divergence/convergence entre eux et nous
- les thémes seront transversaux (et non confidentiels), d'interet général
- les professionnels participent en leur nom et la liste des membres n'est pas communiquée
- nous favoriserons l'échange et la créativité (et l'innovation bien sûr)

28 février 2007

"comment cibler les individus" : Y a-t-il une culture gay ? (Stephane Viard pour le festival gay pride off)

Le public gay et lesbien est une cible mal appréhendée même dans les événements qui lui sont propres. Le festival Gay Pride off est une occasion de donner une visibilité nouvelle et élargie de ce public cible.

PRIDE OFF est un festival pluridisciplinaire alternatif ( concerts, spectacles vivants, arts plastiques, performances, débats, préventions....) au moment de la Marche de fiertés à Paris .

Nos objectifs :
Accueillir et faire découvrir, auprès du plus grand nombre, des artistes dont le travail s'inspire de la culture gay et lesbienne.
Créer un évènement culturel d'envergure lors de ce rendez-vous privilégié tout comme à New-York, Londres, Berlin, Amsterdam.
Obtenir le parrainage d'une figure emblématique de la scène artistique française.

Notre démarche :
Associer à cette visibilité, cette mixité et cette découverte des partenaires privilégiés.

La philosophie première de PRIDE OFF est de prouver que la Culture sert plus à rassembler qu'à diviser.

Pour me contacter : [email protected]


Cette prise de parole a eu lieu dans le cadre de lesaperosdujeudi "la soirée bouches a oreilles" (à la rencontre des autres) qui a eu lieu le jeudi 22.2 a la Zen factory : www.lesaperosdujeudi.com.  Une initiative de pourquoitucours, l'agence des idées.


12 janvier 2007

ziki : le réseau social 2.0

img

Qu’est-ce que Ziki?

Ziki est un nouveau réseau social destiné aux particuliers et aux entreprises qui permet de maîtriser son image et d’optimiser sa visibilité sur les principaux moteurs de recherche.

Qu’est qu’un ziki?

Un ziki permet de rassembler sur une seule page web toutes ses informations personnelles, de republier automatiquement tout son contenu publié sur Internet (blog, photos, vidéos, podcasts ..), de regrouper toutes ses différents profils sociaux (Linkedin, Viaduc, OpenBc, 6nergiesMyspace...) et de définir à l’aide de mots-clés sa personnalité, ses centres d’intérêt, ses compétences ou ses talents afin de faciliter la mise en relation avec les autres membres. C’est rapide, simple et gratuit. Chaque membre peut se créer un ziki personnel et/ou le ziki de sa société, puis un ziki groupe (associations, clubs …).

Que signifie Ziki sponsorise mon nom sur les moteurs de recherche?

Ziki achète des campagnes publicitaires au nom de ses membres sur Google, Yahoo et MSN. Ainsi lorsqu’une personne vous recherche sur Internet (un ami d’enfance, un ancien collègue, un potentiel recruteur, un partenaire, un client…) un lien redirigeant vers votre ziki apparaît en tête des résultats de recherche.

En quoi ziki est différent des autres réseaux sociaux?

Ziki est un réseau social qualitatif. Notre objectif est de réunir des personnes qui veulent utiliser un service simple, efficace et gratuit pour être trouvé, gérer leur réseau et découvrir des personnes ayant des intérêts similaires et complémentaires.

Ziki est un réseau social moins anonyme par nature. Ziki s’adresse principalement à ceux qui veulent maîtriser leur image et se promouvoir sur Internet. Grâce aux campagnes publicitaires gratuites pour le nom de nos membres sur Google, Yahoo et MSN afin qu’ils soient trouvés facilement, un ziki peut servir de carte d’identité numérique. De plus, le contenu d’un ziki se met à jour automatiquement sans changer vos habitudes.

Ziki est un réseau social léger. C’est à dire que nous n’imposons pas d’inviter ses amis afin de profiter du service comme la majorité des réseaux sociaux existants. La mise en relation entre les membres est directe et se fait en toute simplicité par rapport aux mots-clés que chacun a utilisé pour se définir.

Ziki est un réseau social ouvert. Nous ne proposons pas encore d’outil de publication mais simplement de syndication. Vous êtes libre de publier votre contenu où vous voulez : pour votre blog (Blogger, Typepad, Msnspaces...), vos photos (Flickr, Fotolog, BubbleShare...), vos vidéos (Youtube, Dailymotion, Vpod.tv...), vos favoris (Del.icio.us, Blogmarks.net, BlinkList...) et vous récupérez automatiquement tout ce contenu sur votre ziki.

        Inscrivez-vous dès maintenant       

25 novembre 2006

# Retour sur les tendances 2006

Ipsos réalise depuis 1997 via Trend Observer, un horizon des tendances émergentes d’après les comportements des trend setters américains, européens et japonais.
Les tendances annoncées en 2005 se sont rapidement développées et confirmées en 2006 : Internet permettant la diffusion rapide des idées et concepts.

Rappelons en premier lieu que l’étude est réalisée sur un panel dit de « trend-setters » ou de « early adopters », c'est-à-dire initiateurs de tendances ou adoptant tôt les nouveaux produits et modes de consommation avec le profil suivant : 25/35, CSP ou CSP+, urbains en général.
Le mot « individu » utilisé par la suite se rapporte à cette classe précise.

L’étude relève trois courants de fonds : dissociation continue, micro-actions, égo-casting.

1-La dissociation continue
La dissociation continue s’exprime sous la forme d’un paradoxe : d’un côté, les individus sont de plus en plus pessimistes face à la situation de la société, de l’économie, de la planète…d’un autre, ils sont confiants dans l’évolution de leur situation personnelle.

L’amélioration de la situation personnelle résulte d’un accès facile aux leviers qui permettent le développement personnel (culture, soin de soi, accès à l’information…) et professionnel (réseaux sociaux-professionnels, outils de communication, formations…). La conscience de l’environnement, elle, est acquise à travers une information omniprésente, abondante et personnalisée.

Cette conscience des choses engendre deux réactions :
- le sentiment d’avoir un rôle un jouer sur l’amélioration la société et sur l’environnement
- le besoin de revendication d’un statut d’individu unique avec des besoins uniques.

Ces deux réactions nous amènent aux concepts de micro-actions et d‘égo casting.

2-Les micro-actions
L’individu, ayant perdu ses illusions sur des mouvements associatifs ou humanitaires de grande envergure, agit à son niveau. Il consomme responsable, durable, éthique, équitable. Il est accompagné dans sa démarche par les marques qui lui indiquent la provenance des biens, leur moyen de production et par les institutions/association sur les gestes qu’il doit faire au quotidien.

Mais le consommateur peut également à son niveau individuel influencer le comportement des marques et des entreprises : si leur code de conduite ou leur politique ne correspond pas à ses valeurs, il n’hésite pas à les sanctionner par le boycott (cf Gap, Nike…)

On peut donc dire que la Conscience collective représenté par les Institutions et les associations s’est déplacée au niveau individuel. 

3- L’ « égo-casting »
L’individu revendique son unicité et sa personnalité à travers sa façon de consommer et de se mettre en scène.
Internet est la clé de voute de ce phénomène : notre utilisation des sites de consommation, communautaires, des réseaux sociaux virtuels, des blogs, des sites « web 2.0 » (quoi cela veuille dire) définit notre identité numérique.
L’égo-casting (néologisme issu de podcasting), c’est la possibilité d’utiliser ces technologies pour ramener le monde à ses préférences (en « push » : diffusion de mes contenus/podcasts, goût, idées etc ; en « pull » : la consommation personnalisée grâce à mon ID numérique, mes centres d’intérêts via mes flux RSS, la VOD, les gens qui partagent mes centres d’intérêts  etc…). A noter que cette vision du monde sort du désormais du numérique pour trouver sa place dans le monde réel.

On peut remarquer que ces tendances émergentes en 2005 se sont largement confirmées et étendues en 2006. Elles ont quitté le giron des trend-setters et sont désormais accessibles au grand public.

Prochaine étape pour 2007 : probablement la standardisation puis la formalisation du concept d’identité numérique, et la multiplication des applications dans « la vie réelle ».  Bien sûr, on est déjà sur la voie avec la généralisation du haut débit sur les mobiles, le médium de demain pour véhiculer notre ID numérique. On verra bien ce que nous réserve l’avenir…

okcowboy

Pour aller plus loin / sources :
- Ipsos : Trend Observer : Retour sur les tendances émergentes en 2005
- Nexmodernity.com : l’individu hypermoderne
- la cartographie de l’identité numérique de Fred Cavazza

17 novembre 2006

suivez les instructions pour obtenir une super station radio, j'ai entré love is all

Enter the name of a band or artist you like to create

your own radio station of similar music:    

          
                     
                               
                                   
                                                   
           

si ca marche pas : http://www.last.fm/listen/

jeremy dumont

      

16 novembre 2006

Deloitte: les Français ont envie de dépenser à Noël

 

Cette année, nos compatriotes sont d'humeur généreuse et ils comptent bien dépenser leurs deniers à Noël, selon la 8ème étude de Deloitte sur les intentions d'achats.

En effet, alors que depuis 2003, les dépenses des Français pour les fêtes ne cessaient de baisser, en 2006, nos compatriotes adoptent la "happy attitude" et veulent croire en une croissance économique. Bien que la hausse ne soit pas encore à l'ordre du jour, pour une fois, les Français ne dépenseront pas moins que l'année précédente. Comme le soulignait l'étude Australie-Ipsos, l'envie est de retour. Exit donc le pessimisme. Les Français veulent offrir et recevoir des cadeaux.

Avec un budget moyen de 550 euros par sapin, soit environ 11 cadeaux, les voilà d'ailleurs déjà dans les starting bloks. En effet, 60% de nos concitoyens commencent déjà à faire leurs courses à la mi novembre pour les finir mi décembre afin d'échapper aux éternelles bousculades (61%) et aux interminables files d'attente (32%), sans oublier les ruptures de stock potentielles (34%). Forts de l'expérience des années précédentes, certains commerçants ont d'ailleurs déjà lancé des opérations de promotions. Seuls 20% attendent la dernière minute pour garnir le pied du sapin. Et cette année, ils dépenseront plus en cadeaux et moins en sorties.

Sur le terrain, qui sont donc les grands gagnants de ces courses de fin d'année? Les hypermarchés, et de loin. Ces magasins géants prennent le pas à la fois sur les commerces spécialisés et les hard-discount. Autre alternative : Internet.

La Toile

prend de plus en plus d'importance afin de trouver des idées innovante (32%), éviter la foule et gagner du temps (76%).

Mais qu'y a-t-il donc dans la hotte de Papa Noël ?

Et bien, tout d'abord: plein de cadeaux pour les adultes. Car en effet, contrairement aux apparences, Noël est avant tout une fête d'adulte avec 70% des paquets pour les grands. Mais les hommes et les femmes n'ont pas les mêmes désirs. Et le sexe soi disant faible risque d'être fort déçu car, alors que ces dames rêvent de bijoux, parfums et de voyages, leurs chères moitiés ont prévu de les couvrir de livres, CD et DVD. C'est à se demander sur quoi les Messieurs se basent pour savoir ce que veulent les femmes. Et bien sur leurs propres désirs! Mesdames, ne soyez donc pas surprises, si du matériel informatique fait irruption par la cheminée!

Ce manque de compréhension explique peut-être la montée en puissance des chèques cadeaux (10%), de plus en plus appréciés par les femmes, mais aussi par les ados, qui recevront eux-aussi des CD et des DVD en premier choix, bien que 50% des adultes déclarent ne pas savoir ce que désirent leurs enfants. Musique et film restent donc le cadeau passe-partout par excellence.

- Gisèle Prévost

15 novembre 2006

Publicité et Société...une étude qui fait envie

 

Bonne nouvelle: les Français ont de nouveau envie, ou en tout cas, ils ont envie d'avoir envie: c'est l'étude 2006 «Publicité et Société» qui nous le jure.

Certes ce n'est pas encore l'euphorie globale mais nos compatriotes envisagent plus positivement l'avenir, tant en ce qui concerne leur situation personnelle que la santé économique du pays.

L'envie de dépenser progresse (71%) et lorsque l'on demande aux Français s'ils ont «de plus en plus d'envies» 6 sur 10 répondent par l'affirmative. Un désir parfaitement exprimé par des campagnes de publicité de plus en plus nombreuses comme celle par exemple de Monoprix qui nous exhorte: «pas un jour sans se faire du bien».

Dans ce contexte -et c'est la deuxième bonne nouvelle- l'étude menée par Australie et Ipsos, révèle que les grandes marques bénéficient d'une cote qui progresse. Plus attractives (43%) qu'en 2005 (37%), elles procurent plus de plaisir à l'achat (67%), sont plus rassurantes (62%). Un regain d 'envie qui se déroule dans uncontexte où le pouvoir d'achat est pourtant jugé insuffisant par encore plus de Français (77%) qu'en 2005 (74%).

Dans le Top des produits et services qui nous font fantasmer: les voyages lointains(74%), les appareils photos numériques (60%), les produits alimentaires du commerce équitable (59%), les CD et DVD (56%) et les ordinateurs personnels (55%). Et tout en bas de la liste, les téléphones mobiles dernière génération et les baladeurs mp3 (25%). Déjà trop banal sans doute?

Bref on assiste à l'apparition d'une fringale de consommation seulement tempérée par les moyens dont chacun d'entre nous dispose. Un comportement annonciateur d'arbitrages, donc d'opportunités pour les marques qui sauront bien se positionner au sein de leurs marchés, se rendre désirables, et répondre aux envies de leurs clients. Et un enjeu vital pour la publicité.

«Il y a deux tragédies dans la vie: l'une est de ne pas satisfaire son désir et l'autre de le satisfaire», disait OscarWilde. Pas facile d'être un consommateur aujourd'hui!

- Isabelle Musnik

01 novembre 2006

un petit air d'automne dans l'air

A quoi ça sert l'amour ?

vidéo a quoi ca sert amour homme femme relation clip de louis clichy edith piaf
Akoacacere (A quoi ça sert) est un clip de Louis Clichy, un animateur formé à l'école Gobelins.
Une animation rafraîchissante qui colle parfaitement à la musique.
Merci Joris pour ton aide et ton amitié.

CLIC ICI POUR LA REGARDER

jeremy dumont

28 octobre 2006

a nouveau...des planneurs stratégiques sont només à la direction d'une agence...

Michèle Ferrebeuf, présidente par intérim, cède les rênes à Élie Ohayon, 44 ans. Le directeur général et membre du directoire de BETC Euro RSCG depuis 2003 ne quitte pas seul l'agence dirigée par Mercedes Erra et Rémi Babinet. Il emmène avec lui un team créatif senior (9 lions d'or à Cannes à leur palmarès), Eric Holden et Rémi Noël, qui sera chargé de la direction de la création de McCann Paris.

Dans ses valises également , deux « planeurs stratégiques », Jean- Philippe Martzel et Jérôme Guilbert, appelés à prendre la direction générale de l'agence. Ces cinq transferts de BETC pourraient être rejoints par un autre team créatif. « Nous sommes à la recherche de talents, confirme Michèle Ferrebeuf. Les changements au sein de McCann concernent toutes les positions clés, y compris la finance. C'est une révolution. Avec Élie, nous avons réussi à convaincre notre actionnaire à New York de mettre le paquet. »

24 octobre 2006

Les «invisibles» seront-ils les invités surprises de la présidentielle ?

Une vaste enquête sociologique démontre le décalage entre le discours politique et la réalité d'un système saturé par les «nouvelles inégalités».
Les «invisibles» seront-ils les invités surprises de la présidentielle ? 
En librairie depuis dix jours, la France invisible constitue l'expression la plus frappante de cette évolution. En 650 pages, les auteurs font parler ceux dont on ne parle pas ou presque. «Banlieusards», «délocalisés», «démotivés», «intermittents de l'emploi», «pressurés», «sous-traités», «déclassés» : l'énumération est saisissante, et il s'en dégage une souffrance sociale d'autant plus cruelle qu'elle est morcelée et semble laisser chacun seul face à son destin. Loin des catégories sociales classiques en vigueur depuis l'après-guerre (classes moyennes, ouvriers, employés, etc.), la France invisible décrit le déploiement des inégalités sur des registres très différents : lieu de résidence, couleur de peau, santé, conditions de travail, type de contrat. C'est le choc du 21 avril 2002 qui a incité chercheurs et essayistes à prendre conscience que la réalité sociale ne correspondait plus aux canons d'antan. Ce fut par exemple le cas du philosophe Patrick Savidan, qui, estimant que l'élimination de Lionel Jospin avait été «le résultat d'un mauvais diagnostic sur la société française», s'est associé au magazine Alternatives économiques pour fonder l'Observatoire des inégalités, qui publie ce mois-ci son premier Etat des inégalités en France (1). On y redécouvre qu'un couple qui dispose d'un revenu mensuel après impôt supérieur à 4 077 euros fait partie des 10 % des Français les plus aisés. On y apprend que l'écart d'espérance de vie se creuse entre ouvriers et cadres supérieurs. Que, si les enfants de cadres supérieurs représentent 12 % d'une classe de sixième, ils «pèsent» 42 % d'une classe préparatoire. D'autres initiatives ­ telle que la République des idées, lancée par Pierre Rosanvallon ­ ont convergé, et, à l'orée de la nouvelle campagne, leur travail de dévoilement commence à porter ses fruits. L'exemple des accidents du travail permet de mesurer le chemin parcouru. Il y a deux ans, le sociologue Philippe Askénazy montre que, contrairement aux idées reçues, ils sont en hausse (2). «Le thème commence à être repris par les politiques», note le chercheur, qui voit des députés PS s'en emparer. Martin Hirsch, président d'Emmaüs, souligne la prudence des candidats, malgré l'emballement : «Ils tâtonnent. En prenant des positions trop tranchées, ils ne savent pas s'ils vont attirer à eux ceux qui souffrent ou s'ils vont faire fuir ceux qui ont le sentiment qu'on ne s'intéresse qu'aux exclus.» Les «invisibles» sont peut-être en train de conquérir leur visibilité. Peut-être...
libération.fr

12 octobre 2006

L’entreprise américaine vue par les Français : c'est a lire jusqu'au bout...

Deux tendances sont aujourd’hui à l’œuvre dans les représentations des Français relatives aux entreprises américaines :                     

                        

• D’une part, une certaine ignorance immédiate : les multinationales sont partout présentes, et leur nationalité n’est ni forcément perçue, ni toujours importante :« Est ce parce que les Français mangent du couscous et des merguez qu'ils se sont arabisés, non ; est ce que les français se sont américanisés parce que ils portent des vêtements Gap (une firme américaine) mais qui sont fait en réalité a l'Ile Maurice (3eme pays au monde pour la confection de vêtements), parce qu'ils ont mange un mac do (une compagnie canadienne) ou qu'ils portent des Jeans (fait a Londres ou en Chine), non. »

• D’autre part, il semble bien qu’il y ait des imaginaires sous-jacents qui lient les entreprises américaines à l’image des Etats-Unis : « Quand on boit du Coca, on boit l’Amérique »

                        

Les champs sémantiques de ces imaginaires sont cartographiés dans le graphique suivant :

                     

                         

                     

Les imaginaires de la réussite

                     

Les entreprises américaines sont tout d’abord associées à des imaginaires de la réussite (société ouverte, pragmatisme, innovation, produits de qualité, richesse et dynamisme, possibilité à tous de réussir).

pour lire la suite...

11 octobre 2006

80's Hip-Hop Culture Revival

L'histoire ce n'est pas seulement celle que l'on apprend à l'école. C'est aussi l'histoire plus proche, celle à laquelle nous avons participé. En l'occurrence, vous avez très certainement traversé, partiellement ou totalement, les années 80. Années de notre jeunesse, riches en événements, en découvertes et surtout en culture.

Plus précisément vous avez sans doute remarqué le "revival" culturel concernant la culture hip-hop de ces années là. L'époque où la musicassette régnait en maître, ghettoblaster à l'épaule, Run DMC, KRS-ONE, Public Enemy résonnaient dans les rues du Bronx. Sneakers au pied, la "street attitude" se développait et s'enrichissait accompagnée entre autre du graffiti, du deejaying et du break dance.

Pour vous replonger dans cet univers on vous a dégoté quelques petites choses sympathiques. A commencer par un site consacré au hip-hop, très bien fourni, où vous pourrez découvrir l'histoire du rap, des prémices à nos jours. Plongez-vous ensuite dans le BoomBox Museum et Tapedeck, respectivement musées du ghettoblaster et de la musicassette (très fun !). Enfin si vous comptez faire une virée en ville, procurez-vous auparavant une réédition d'une paire de basket 80's. Je vous propose de choisir parmi les 21 modèles Nike Air Jordan ou si vous hésitez matez LE documentaire, "Sneakers, Le Culte Des Baskets".

80 s Hip-Hop Culture

Pour terminer en beauté cet article, voici juste pour vous un clip d'anthologie qui a participé en son temps, à la reconnaissance de la culture hip-hop. Break Machine - Street Dance (1983)